Faire la paix en Corée

Faire la paix en Corée

par Benjamin Gladstone, BA, MA

L’archive du musée contient un album de coupures unique monté par James F. Doig et portant sur la guerre de Corée (1951-1954). L’album de coupures fut assemblé après la participation de Doig à la Commission de l’armistice militaire du Commandement des Nations Unies entre juillet 1953 et juin 1954. En 2006, l’album de coupures a été envoyé au musée. L’album comprend des photos d’époque, des coupures de journal, des cartes, des billets, des photocopies d’articles de presse, etc., et des légendes détaillées pour chaque image. On ignore  à quelle date exactement cet album fut monté, mais il a clairement été créé entre 1954 et 2006. Cette histoire présente quelques-uns des aspects les plus intéressants et les plus touchants que Doig ait saisis avec sa collection d’images, de documents et d’histoires.

ALBUM DE COUPURES
DATE : après 1954
DON DE : James F. Doig

Le Major James F. Doig en Corée

James F. Doig fut un officier de l’Armée canadienne qui servit pendant la guerre dans le 3e Bataillon, le Royal Canadian Regiment. Doig arriva dans le théâtre de guerre au moment où les deux pays belligérants étaient en train de signer l’armistice (27 juillet 1953). Il passa la plupart de son temps à travailler avec la Commission d’armistice militaire du Commandement des Nations Unies, une organisation qui essayait de résoudre les problèmes restés en suspens après la guerre (par exemple le rapatriement des prisonniers de guerre et les négociations entre les belligérants). Dans la volumineuse collection de documents, photographies, cartes, coupures de journal et autres images, on a sélectionné quelques documents ci-dessous.

Armistice de la Guerre de Corée
Accord entre le commandant-en-chef, commandement des Nations Unies, d'une part, et le commandant suprême de l'Armé des peuples de Corée et le commandant des Bénévoles des peuples chinois, d'autre part, concernant l'armistice militaire en Corée

Plus
Pourparlers de paix, 1953

Pourparlers de paix, 1953

Cette photo d’archives montre la table des négociations à la fin des combats de la guerre de Corée, avec d’un côté le Commandement des Nations Unies et de l’autre l’Armée populaire de Corée et l’Armée des volontaires du peuple chinois. Un armistice fut conclu et signé le 27 juillet 1953.


Coopération internationale

Dans le cadre de ses responsabilités, le Maj Doig passa son temps à travailler parmi les soldats venant d’autres pays, y compris les États-Unis, la Division des membres du Commonwealth, ainsi que d’autres pays qui avaient participé à l’intervention de l’ONU en Corée. Doig se retrouva parfois à jouer un rôle presque diplomatique, notamment en participant à des événements tels qu’un cocktail organisé par des soldats éthiopiens.

Repos et récréation

Tout en trouvant beaucoup de ces fêtes fatigantes, Doig fut impressionné par le personnel international qu’il rencontra et il profita de l’opportunité d'interagir avec des gens du monde entier. Il savoura aussi les opportunités de voyage offertes par son emploi en Corée: il aima tout particulièrement le temps passé au Japon, en transit ou pour se reposer. Il utilisa la petite carte de Tokyo ci-dessous pour se promener dans la ville, et un croquis de lui dessiné par un employé de l’hôtel, représentant sa moustache et ses lunettes caractéristiques. Pendant son séjour au Japon, le Maj Doig fit un voyage très agréable au zoo de Tokyo, comme on peut voir dans la photo du “train du singe”. Il remarqua que les enfants aimaient beaucoup ce train, et il paraît qu’il le trouva lui aussi très amusant.

Propagande

La guerre de Corée fut extrêmement difficile aussi bien pour les civils coréens que pour les soldats. L’un des aspects saillants de ce conflit fut que de nombreux combats furent livrés par des non-Coréens des deux côtés (par les forces des Nations Unies venant du monde entier pour soutenir la Corée du Sud, et par l’Armée des volontaires du peuple chinois en soutien de la Corée du Nord. Cette situation engendra d’intéressantes tactiques de propagande, y compris des dépliants de l’ONU écrits entièrement en chinois, sans doute destinés aux troupes chinoises servant dans le Nord, et dont on peut voir un exemple ici.

Impressions de Corée

L’un des problèmes causés par la situation mentionnée ci-dessus fut que le public se fit une opinion pour la plupart négative des Coréens pendant le conflit, sans doute à cause du fait (entre autres) que plusieurs personnes voyaient pour la première fois la péninsule et ses habitants au milieu d’une guerre brutale. Ces opinions représentaient souvent les Coréens comme “arriérés” et sous-développés sur le plan technologique, ainsi qu’on peut le voir ici dans les images publiées par The Star Weekly (Toronto, 14 janvier 1956). Les pratiques agricoles coréennes sont ici décrites comme antédiluviennes et l’auteur déplore la vie pénible des agriculteurs coréens. On remarqua aussi que de nombreuses coutumes coréennes (y compris des aspects de leur façon de s’habiller, telle que l’on voit ci-dessous) avaient très peu changé  au fil des temps.

En Corée, la guerre eut un coût énorme tant pour les soldats que pour les civils. Bien qu’il y ait à l’époque de nombreux stéréotypes néfastes sur les Coréens, le Maj Doig approcha les habitants de la péninsule coréenne avec compassion et il sembla comprendre leur situation malgré les barrières posées par la langue et par la guerre.